Filtres Polarisant NiSi – CPL PRO & CPL NC Landscape

Réalisé par

ANTONIO GAUDENCIO
ANTONIO GAUDENCIOPhotographe Professionnel

Bonjour à tous, je suis Antonio, photographe professionnel spécialisé en photographie de paysage et d’architecture, et collaborateur auprès de la marque officielle NiSi France.

Et c’est d’ailleurs dans le cadre de cette collaboration que je vous propose régulièrement des articles sur la filtration. Aujourd’hui nous allons découvrir l’utilisation sur le terrain d’un filtre très utilisé par les photographes, le « Polarisant ».

Je vous propose donc tout au long de cet article de découvrir ses avantages mais aussi les variations qu’il génère, car il y a aussi quelques conséquences à l’utilisation du filtre polarisant qu’il faut connaître pour les maîtriser.

Dans un premier temps nous allons découvrir les effets directs de l’utilisation d’un polarisant sur nos prises de vue avec des exemples concrets.

Et nous découvrirons, en seconde partie de cet article, car vous êtes très nombreux régulièrement à nous le demander, un comparatif entre les deux modèles de polarisants proposés par la marque NiSi, le filtre PRO CPL et le filtre CPL NC LANDSCAPE.

Antonio Gaudencio

C’est quoi un filtre polarisant ?

Je vous propose, dans un premier temps de comprendre la polarisation.

À noter : l’effet lié à l’utilisation d’un filtre polarisant sur nos prises de vues est exactement le même que l’utilisation de lunettes de soleil polarisantes sur notre vue humaine. Il nous faut garder en tête que le capteur de nos boîtiers réagit absolument de la même façon que l’œil humain. Nous sommes sur le même principe technique.

Les ondes de lumière, qui se réfléchissent sur une surface plane, se déplacent dans toutes les directions. Leurs axes de vibrations sont modifiés selon la matière de la surface. La lumière dite “polarisée” est celle qui ne vibre que sur un axe horizontal, direct, et c’est donc elle qui provoque l’éblouissement de nos capteurs quand on parle photographie. L’effet est exactement le même pour la vision humaine.

L’action du verre polarisant a pour effet de bloquer cette lumière dite « polarisée » et de ne laisser passer que la lumière transportant de l’information liée à la surface réfléchissante : matière, texture et couleur. Ainsi, il améliore la qualité de la lumière en permettant une meilleure lecture de l’information qui atteint le capteur numérique de notre boitier.

Alors concrètement, je vous propose de découvrir cette première prise de vue, réalisée à midi, lumière très dure, très lumineuse et sans polarisant.
A noter les exifs sont les même pour les trois prises de vues : Expo : 1/50s Ouverture : F/14 Sensibilité : ISO 100 BdB : 5200K Manuel 

Sur cette prise de vue (photo n°01) on a, très clairement, la sensation d’une image trop lumineuse, éblouissante. Les couleurs manquent de densité. Elles sont fades. L’écume des vagues, en particulier, manque de dessin, d’information. Le bois de la passerelle, au premier plan, manque de qualité matière. Nous avons l’impression qu’elle est brûlée alors que nous avons le point minimum gravable dans les hautes lumières, confirmé par la lecture de l’histogramme. En conclusion, même si nous avons là une bonne exposition, l’image paraît de mauvaise qualité.

Je vous propose maintenant de découvrir cette nouvelle image (n°02). Nous sommes exactement dans les mêmes conditions de prise de vue, mêmes paramètres techniques d’exposition, même composition.

Par contre j’ai rajouté un polarisant, le modèle CPL NC LANDSCAPE. Et j’ai volontairement réglé la polarisation à 50 % d’action. J’ai donc limité l’action de mon polarisant à 50% de son pouvoir de polarisation maximum de la lumière. Et maintenant si on compare les deux prises de vues, la photo réalisée avec le filtre est de bien meilleure qualité en termes de rendu des densités globales et des couleurs.
Les couleurs sont plus denses mais restent naturelles et sans excès de saturation. La matière bois de la passerelle est bien mieux dessinée, nous avons là une belle matière photographique. Nous avons aussi récupéré du détail dans la blancheur de l’écume. La lecture de l’histogramme confirme cette sensation de qualité photographique avec une bien meilleure répartition des densités sur l’ensemble de la dynamique lumière de l’image.

Alors pourquoi cette différence au niveau de la prise de vue ? La conclusion est logique : le filtre polarisant, en bloquant les lumières polarisées, baisse globalement la luminosité de la composition. Donc on gagne en densité, sans toucher au temps d’exposition, mais surtout aussi en qualité de rendu car les lumières parasites ont été totalement bloquées, améliorant considérablement la qualité de la lumière reçue par le capteur de nos boîtiers.

Pour être complet, je vous propose maintenant un troisième test de prise de vue. Cette fois le polarisant CPL NC LANDSCAPE est positionné à 100 % d’action. Le filtre bloque donc la totalité des lumières polarisées (les lumières parasites).

Nous obtenons au final, sur la base du même temps d’exposition, une photo encore beaucoup plus dense car, en supprimant la totalité des lumières parasites, le filtre polarisant a considérablement réduit la quantité de lumière passant par le bloc optique. La lecture de l’histogramme confirme bien la montée en densité des tons moyens (1/2 tons) et des tons foncés (3/4 de tons) avec un décalage global de l’histogramme vers la gauche.

Je dirais pour conclure sur cette prise de vue que même si les basses lumières sont bien exposées (les ombres sous la passerelle), avec beaucoup plus de dessins au niveau de l’écume blanche des vagues, nous sommes globalement sous-exposés. Je vous conseille dans ce cas de compenser la perte de luminosité en rajoutant du temps d’exposition correspondant plus ou moins à un demi stop, voire 1 stop, en fonction du taux de polarisation.

Pour conclure cette première partie, nous avons donc découvert l’intérêt d’utiliser le filtre polarisant dans ce genre de situation car clairement il améliore la qualité de la prise de vue, avec bien sûr, la nécessité de devoir compenser légèrement le temps d’exposition en fonction du résultat recherché.

Les exemples que je viens de vous proposer, pour comprendre l’impact direct d’un filtre polarisant sur nos prises vue, sont avant tout basés sur la gestion de la lumière et en particulier, bien sûr, sur la lumière polarisée.

Mais le filtre polarisant à d’autres qualités. La plus bluffante est la suppression de tout reflet sur les surfaces réfléchissantes, sur l’eau, les vitrines de magasins, façades d’immeubles, pare-brise de voiture et même la suppression de brillance sur la peau en prise de vue portrait.

Je vous propose d’ailleurs comme exemples ces deux prises de vues sans polarisant pour la Photo n°04 et avec polarisant pour la n°05.

Sans filtre CPL

Avec filtre CPL

Sur la photo de droite (photo n°05) grâce à l’action du polarisant, j’ai supprimé le reflet des arbres dans l’eau pour apercevoir le fond du bassin. Vous remarquerez également sur la prise de vue polarisée (photo n°05) que j’ai aussi récupéré de belles couleurs d’automne légèrement saturées par la polarisation et j’ai gagné en contraste global, mais cela reste subtil et naturel.

Test de comparaison entre les deux filtres polarisant proposés par la marque NiSi

Pour réaliser ce premier test comparatif entre les deux filtres polarisants, je me suis rendu sur les berges du fleuve Douro au cœur de la ville de Porto au Portugal.

Souvent les tests sur les filtres polarisants, que l’on peut trouver un peu partout, magazines, sites Internet, vidéos Youtube, etc. sont basés sur des prises de vues très lumineuses, avec un beau soleil, en bord de mer, couleurs lagunaires, ambiance carte postale en général.
Je comprends tout à fait la démarche car l’utilisation de ce genre d’ambiances, avec de belles couleurs bien saturées, etc. pour les tests de polarisation, est très vendeuse.
Après réflexion, j’ai décidé de vous proposer une approche de test différente car, comme vous allez le voir, basée sur une ambiance très peu ensoleillée, naturelle, avec des couleurs beaucoup plus subtiles, le genre d’ambiance qui plaît beaucoup plus aux passionnés de photographie comme moi.

Nous découvrons cette première prise de vue (photo n°06). Elle est composée d’un premier plan sur les bateaux traditionnels qui transportaient à l’époque les tonneaux de vin du haut de la région du Douro vers les berges de la ville de porto, là où encore aujourd’hui se trouvent les caves de Porto.Et nous apercevons de l’autre côté du fleuve la ville historique de Porto.

J’ai donc commencé mon test par réaliser cette première vue sans aucun polarisant. L’image obtenue est parfaitement équilibrée (histogramme), avec de belles couleurs naturelles sans excès. Nous avons là une belle photo.

A noter pour que le test soit viable les exifs sont les même pour les trois prises de vues : Expo : 1/30s Ouverture : f/14 Sensibilité : Iso200 BdB : 5200K manuel

Pour apporter une réponse concrète, j’ai réalisé une nouvelle prise de vue mais cette fois en utilisant pour commencer un filtre polarisant modèle PRO CPL (polarisation 100%) sans modifier mon triangle d’exposition.

Pas besoin d’être spécialiste de la photographie pour conclure et surtout voir, sur cette nouvelle prise de vue (photo n°07), une réelle amélioration au niveau du rendu global des couleurs. La gamme des teintes est plus subtile et riche de nuances. La photo est beaucoup plus douce, très représentative de la lumière du moment. Le reflet du bateau est de meilleure qualité. Et surtout, nous avons récupéré la vraie couleur de l’eau du fleuve Douro qui est gris vert.

La lecture de l’histogramme de cette nouvelle prise de vue nous confirme un meilleur équilibre au niveau de la répartition des tons moyen, visibles sur la photo, mais aussi au niveau des crêtes des hautes lumières. Cette seconde prise de vue est pour moi de bien meilleure qualité que la première. Je sais que je vais pouvoir très facilement la valoriser, la sublimer au développement, avec un léger travail sur le contraste. On peut donc conclure que le filtre polarisant, même dans ce genre d’ambiance peu ensoleillée, a considérablement amélioré la qualité de la prise de vue.

Pour le comparatif entre les deux modèles de polarisant, j’ai ensuite réalisé une troisième prise de vue mais cette fois avec le polarisant CPL NC LANDSCAPE. Pour éviter les variations de température de lumière automatisée et obtenir une base test concrète sur l’impact que peut avoir l’utilisation de ce modèle de polarisant sur la température de lumière de ma composition. J’ai bloqué manuellement la balance des blanc de mon boîtier à 5200K (lumière du jour moyenne neutre). Le triangle d’exposition reste inchangé, nous somme sur les même paramètres de prise e vue. J’ai obtenu ce résultat (n°8) et très clairement l’ambiance globale de l’image, sur les densités de lumières, contrastes des tons et en particulier sur les couleurs, est totalement différente.

Si on compare avec l’histogramme de la prise de vue réalisée avec le polarisant PRO CPL (n°7), nous avons beaucoup plus de densité au niveau de ton moyen. On notera en particulier, sur une lecture en séparation de couche de l’histogramme, une montée en densité significative des tons moyens de la courbe de densité du rouge et du vert, bien plus que celle de la couche du bleu. Cette dernière prise de vue et globalement plus dense sur toute la dynamique de l’image, légèrement plus contraste, nous avons des teintes réchauffées, légèrement plus saturées au niveau des rouges sur les toiture. Le ciel est léger plus texturé et passe maintenant gris bleu. On notera en particulier la perte de la teintes verre d’eau au niveau du fleuve.

Pour conclure ce test de comparatif, là c’est très clair, les résultats obtenus avec le polarisant PRO CPL et le polarisant CPL NC LANDSCAPE, sont totalement différents sur l’aspect visuel globale de l’image.

Le filtre polarisant PRO CPL est beaucoup plus neutre car le rendu final est très proche de la réalité. Par contre la prise de vue réalisée avec CPL NC LANDSCAPE est un peu plus dense, je vous conseille dans ce cas de compenser l’exposition ou pas selon le résultat recherché, C’est un choix créatif, par contre nous avons globalement un rendu plus chaud.

Voilà, c’est la fin de cet article, j’espère qu’il vous aidera à mieux choisir le filtre CPL qui vous convient le mieux. Toujours en collaboration avec la boutique officielle NiSi France, je vais vous proposer régulièrement des articles de ce type. Vous pourrez ainsi découvrir les diverses applications sur nos prises de vues de la filtration, qu’elle soit technique ou créative.

Antonio Gaudencio

Pour en savoir encore plus sur nos produits NiSi !!

TUTORIEL “Découverte” et “Prise en Main” des filtres photographiques NiSi

Cette formation s’adresse avant tout aux photographes désireux d’investir dans un système de filtration et cherchant les bonnes informations sur les différents filtres disponibles sur le marché, leurs impacts sur nos images, la gestion du temps d’exposition.

Quel filtre choisir, pour quel résultat, etc ….

Cette formation vous apportera l’éclairage nécessaire pour définir vos besoins selon votre univers de photographe et ainsi optimiser vos achats.

Tutoriel : Niveau débutant et intermédiaire

EXCLUSIVITÉ : En partenariat avec la boutique NiSi France je vous offre ce tutoriel vidéo (valeur commerciale de 15€) pour tout achat d’un kit 100mm V6/V5 PRO.

Et pour ceux qui veulent en profiter en dehors de cette offre , voici un Code Promo : NISIFILTERSFR10 pour bénéficier de 10% de remise sur l’achat de ce tutoriel.

Antonio Gaudencio
POUR EN SAVOIR PLUS SUR CE TUTORIEL
Portrait Antonio Gaudencio

ANTONIO GAUDENCIO

Né le 14 septembre 1967 au Portugal.

Après être passé par les Beaux-Arts (1987/1989), lauréat du concours d’entrée, Antonio est admis à l’école  “Les Gobelins – École de l’image” Paris. Il y reçoit une formation sur les différentes techniques de prises de vues et de développements argentiques (BTS).

Fraichement diplômé, Antonio intègre le monde du Prépresse ou il acquière une grande expérience et surtout une parfaite maitrise des divers processus de la chaine graphique.

Avec l’avènement du numérique, il se spécialise dans le traitement Post-prod de la photographie numérique et collabore avec des agences de communications parisiennes avec lesquelles il travaille à la réalisation d’images utilisées lors de campagnes de communications.

 En début d’année 2014, il prend la décision de quitter son poste de Responsable Pôle Retouche d’un studio Photo, spécialisé dans le monde du luxe, afin de devenir indépendant et de pouvoir se consacrer pleinement à sa passion pour la photographie de voyage. Après avoir créer son propre studio, il collabore régulièrement avec des agences de voyages, presse magasine et propose en parallèle des formations sur la maitrise de l’image numérique.

Contact Presse et Collaboration :  contact@antoniogaudencio.com